Les rohingyas, chronique d’une ignorance mondiale

(Version écrite plus longue car ça trop long pour une chronique radio)

« Durant toutes ces années de folie collective et d’auto-destruction, je pense avoir vu tout ce qu’un homme peut voir : des populations jetées sur les routes, des enfants jetés dans la guerre, des vainqueurs et des vaincus finalement réconciliés dans les cimetières, que leur importance a élevés au rang de curiosité touristique ! La paix revenue, j’ai visité des mines. J’ai vu la police charger les grévistes, je l’ai vue aussi charger des chômeurs… J’ai vu la richesse de certaines contrées, et l’incroyable pauvreté de certaines autres. »

Ces paroles, écrites par Michel Audiard et clamées a merveille par Jean Gabin dans Le président, datent de 1961 et elles sont malheureusement toujours d’actualité.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un peuple qui fait échos à ces paroles, les rohingyas. Ce peuple qui est jeté sur les routes, dont les enfants sont jetés dans la guerre et est violenté par la police et l’armée, la seule différence avec le discours de Jean Gabin c’est la partie d’après la guerre, car pour eux elle est loin la paix, et si un jour ce massacre se termine pas sur qu’il reste assez de rohingyas pour en témoigner.

Effectivement le peuple rohingyas, est victime d’un génocide. Mais qui sont-ils ?

Les rohingyas sont un peuple, musulman, vivant dans la région d’Arakan depuis au moins le VIIIè siècle. Durant les guerres entre birmans et anglais, les rohingyas ont soutenu les britanniques. Ce que le peuple birman n’as évidement pas oublié. Lorsqu’il a été rattachée à l’état d’Arakan en 1948. Ils ont alors fait subir leur courroux aux rohingya. Depuis ces derniers ont du faire face à plusieurs exodes et persécutions.

Ce peuple est malheureusement habitué aux violences à son encontre. En effet, c’est le plus grand peuple apatride depuis que leur a été retiré la nationalité birmane en 1982.

Depuis, leurs droits ont fondu comme neige au soleil, il ne peuvent ni voyager ni se marier sans autorisation, mais surtout il n’ont pas accès au monde du travail et aux service publics.

Aujourd’hui les rohingyas subissent de nombreuses violences. Et ce qu’importe le lieu où ils trouvent refuge. C’est désormais au Bangladesh que ce peuple musulmans se fait martyriser et ce par la population bouddhiste. Alors quand on parle bouddhisme cela nous évoque évidement Gandhi, des manifestations pacifiques et pacifistes, mais en aucun cas violence et génocides. C’est malheureusement ce qui se passe aujourd’hui. Une mouvance extrémiste de cette religion a engagé une campagne d’extermination de la population musulmane du Bangladesh.

La situation est devenue désastreuse dans les camps de réfugiés au bangladesh. Sur les 900.000 rohingyas qui vivent aujourd’hui dans ces camps 20.000 femmes seraient enceintes. Les conditions de vie et l’éducation du peuple rohingyas ne leurs donnent pas accès à des moyens de contraception, de plus le contrôle des naissance est vue comme un pêché au sein de cette population. Face à cette explosion démographique, le gouvernement bangladais a cherché plusieurs solutions dont la distribution de moyens contraceptifs ce qui n’a pas rencontré de succès. Une de leur meilleure trouvaille a été de proposé la stérilisation, annoncée comme volontaire bien sur. Aujourd’hui il ne manque plus que le feu vert du comité sanitaire.

Malheureusement les rohingyas n’ont pas d’autre choix que de fuir vers le bangladesh contraints et forcés par les offensives de l’armée et du peuple birman.

Seules certaines ONG luttent aujourd’hui pour agiter sous les yeux de la population mondiales l’atrocité de cette épuration ethnique. Par exemple l’ONG Fortify Rights et le musée mémorial de l’holocauste des états-unis ont publiés ce Mercredi 15 novembre un document de 30 pages qui assure que « les forces de sécurité birmanes et des civils ont commis des crimes contre l’humanité et ont procédé à une campagne de nettoyage ethnique ».

Ils nous apportent encore de nouvelles preuves du génocide orchestré contre la population rohingya. Pour cela ils se sont appuyés sur deux vagues d’assaut des forces birmanes contres les rohingyas entre le 9 octobre et le mois de décembre 2016 et à partir du 25 août 2017. Ce sont ces opérations militaire qui ont poussé environ 600.000 rohingyas à migrer vers le bangladesh.

Un autre rapport est sorti le lendemain cette fois-ci de l’ONG Human Rights Watch. Il fait état de ce que subissent les rohingyas, Sur 52 femmes ou filles, j’insiste bien là dessus, Femme ou FILLE, 29 affirment avoir été violée. Sur ces 29, 28 l’ont été par pas moins de deux militaires. Et 8 de ces femmes ou Filles ont été violées par au moins 5 militaires !

En plus de ça certaines d’entre elles ont décrit les meurtres de leurs enfants, frères, époux ou parents avant de subir des viols. Ces viols collectifs sont utilisés comme un outils dévastateurs dans la campagne de nettoyage ethnique de la population Rohingyas

Macron au micro de Quotidien nous a expliqué que ce qui se passe avec ce peuple est « un génocide ». Alors c’est bien de dire que c’est un génocide qui se passe sous nos yeux, mais les actions concrètes elles sont ou ? L’erreur est là, les gouvernement actuels sont tous coupables, ils sont coupables de ne pas agir et ce pourquoi ? Parce que la Birmanie c’est des partenaires économiques ! Et pendant ce temps là l’ONU débat pour savoir si il faut dire épuration ethnique ou génocide.

Alors ça papote ça papote mais évidement personne ne propose de solutions. C’est comme qui dirait le bal des faux-cul et comme dirais Audiard : « j’en ai vu des faux-culs mais eux c’est une synthèse »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s