Dos aux Murs

Chaque jour qui passe semble apporter son lot d’inepties. Et cela paraît bien palpable, du moins visible : le microcosme qu’est l’Université et ses micro sociétés en font assez état pour qu’on ne puisse l’ignorer.
Ainsi, encore une fois (et une fois est ici coutume), les murs et autres surfaces planes sont le théâtre du plan de relance des lobbies de la peinture. L’oeil expert pourra d’ailleurs noter que la technique se développe ainsi que le style; on passe de gribouillis primitifs à quelque chose de plus moderne, même ce vert primptanier palette Nature&Découverte participe à ce renouveau militant. Chapeau bas.
La veille, les groupes militants ont encore fait parler les artistes qui sommeillaient en eux. En passant devant le T.U (Théâtre Universitaire) ce matin, on pouvait voir peint sur un container  « Bienvenue en terre antifasciste ».

CYMERA_20170307_151251

« Bienvenue en terre antifasciste » (Photo de l’auteur)

Ce container abrite une installation immersive reproduisant le bureau de Richard III, personnage éponyme de la pièce de Shakespeare (mise en scène au T.U du 15 au 21 mars). Si le rapprochement entre le message et le-dit personnage est suggestive – il est un monarque despotique qui soumet son peuple à une violence plus que débridée – il en reste que cette manie bien connue de salopage de murs de la part des différents groupes militants présents sur le campus pose problème à plusieurs niveaux.
Tout d’abord, on est en droit d’interroger le bienfondé de ce genre d’action. Si la stratégie de communication des militants  passe évidemment par une assise visuelle sur l’espace public, cela pose problème dans le cas où ces opérations graffitis dépassent le cadre purement militant, et causent du tort à ceux qui font vivre la culture au sein de notre campus. Nous avons interrogé le propriétaire du container à propos des récents graffitis : –La structure est pensée pour être un espace d’expression visuel, à l’attention notamment des artistes et graffeurs. Mais ce qui m’embête ici, c’est qu’ils recouvrent (les graffitis) le logo et que ça va coûter cher de le nettoyer et de repeindre. A ses collègues d’ajouter dans la foulée: on a vu plus intéressant comme « graff ».
Il est clair qu’effacer tous les quatre matins ces graffitis intempestifs coûte de l’argent; et quoiqu’on en pense, l’Université se doit de payer pour ces dégradations. L’utilité de cette stratégie ? Il n’y a sûrement qu’aux ouvriers du bâtiments à qui cela profite. Peut-être aussi aux militants du G.U.D (Groupe Union Défense; syndicat étudiant d’extrême-droite) récemment de retour sur le Campus Nantais.

CYMERA_20170307_164831

« Graffitis du G.U.D » (Photo de l’auteur)

Ainsi, j’adresse personnellement ce message aux gens concernés : si la manoeuvre consiste à avertir les gars du G.U.D que vous êtes présents à la FAC, c’est chose faîte désormais (voir photo précédente). Vous vouliez avertir le monde entier que vous vous agitez autour du Pôle Etudiant ? On a tous noté que vous étiez là, ne vous en faîtes plus. Mais j’aimerai, à titre personnel, émettre une ultime réserve. L’Université comme lieu public, se doit de rester une zone neutre. Comprenez, que même si elle est un espace de lutte sociale, de réflexion, d’initiatives et débats, à aucun moment elle ne doit devenir le théâtre d’affrontements entre groupes militants peu scrupuleux du bien-être collectif. Il me paraît important de mettre en lumière le fait que beaucoup d’étudiants ne se sentent pas concernés (à tort ou à raison) par ces luttes, même si le bon sens prêché par certains voudrait qu’on soit tous unis derrière ce front. On entend assez s’indigner les bonnes âmes à longueur de couloir sur cette présence visuelle envahissante. Et il est clair que cela embête plus que ça n’est utile.
Plus l’on avance, plus le discrédit est palpable, et il serait dommage de continuer à contribuer bêtement sans remise en question à la dégradation générale des liens sociaux sur le Campus, pour ce qu’il en reste. En attendant, nous sommes nombreux à tourner le dos aux murs.

Nada Stone

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s