Les répressions policières frappent encore et toujours.

Pour écouter la chronique cliquez ICI

De jours en jours, les répressions policière font de plus en plus de dommages. Grâce aux réseaux sociaux et aux smartphones les bavures policières sont enfin dévoilées au grand jour. En effet nous avons pu voir circuler hier une vidéo de la manifestation de Paris. Et sur cette vidéo nous y voyons quoi ? Eh bien nous y voyons un policier qui frappe un jeune homme déjà groggy et qui ne tiens sur ses deux pieds que parce qu’il est retenu par un policier. Après le violent coup de poing que lui porte le policier, le jeune rechute. Il ne sera même pas emmené par les force de l’ordre car il n’avait rien sur lui qui puisse lui valoir un séjour en garde à vue. Cette fois-ci la police des polices, l’IGPN, a enfin été saisie mais on peut être sur que sans cette vidéo jamais cela n’aurais été le cas. Au niveau local, un jeune homme à Nantes a été envoyé au CHU car son crane s’est ouvert sous les matraques des CRS mais selon les médias ce ne serait qu’un blessé léger.

Je lis sous la fameuse vidéo « Si ils se font gazer, si ils se font matraquer, c’est qu’ils l’ont bien mérité » , ces arguments fleurissent, et encore je ne parle pas des commentaires racistes et fasciste.

Quand un ancien policier condamne l’agression de ce policier, une personne lui répond : « un ancien policier et t’aprouve pas ce geste mais mdrrr prend exemple sur lui comme ça qui faut traiter ces racailles par de gros coup dans la gueule au moins il comprenne avec ça prend exemple », et encore vous avez la chance j’ai corrigé les fautes. De nombreux propos sont aussi abjectes aussi bien dans le fond que dans la forme.
Mais pour revenir à ces arguments, je trouve ça désolant car ceux qui usent de ces propos, bien souvent ne savent pas de quoi ils parlent. Un ami à moi qui avait ces préjugé en tête avant de se faire charger en manifestation. Il n’était ni dans le cortège principal ni dans groupe que certains médias appellent casseurs. En effet nous qui nous étions rangé dans un groupe de presse improvisé nous sommes fait gazé et avons évité de peu les charges de la BAC, des gens de notre groupe avaient-ils jetés des projectiles sur les forces de l’ordre ? NON ! Des gens de notre groupe étaient cagoulés ? NON ! Des gens de notre groupe se sont-ils fait passer à tabac ? OUI !
Et pas qu’un seul !

Alors aujourd’hui la police veut instaurer un climat de peur au sein des groupes de manifestants et ce plus particulièrement à Nantes ou il n’y a eu pas moins de 19 arrestations dont 11 mineurs. Il faut croire qu’il y ait une grande crainte de la convergence des luttes dans une ville très contestataire. En effet les manifestations contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, contre l’état d’urgence et maintenant contre la loi travail, réunissent une multitudes de manifestants à chaque fois. Ça a été démontré encore hier ou le cortège était plus grand dans la villes d’Anne de Bretagne que dans la capitale.

Et c’est avec un grand malheur que je vois mon pays celui des droit de l’homme devenir un état policier.

Alors le préfet condamne je cite : « avec fermeté les agissements des individus cagoulés et armés qui se livrent à des actes de violence inacceptables » C’est marrant parce que c’est le sentiments que j’ai eu moi aussi hier soir. Sauf qu’on doit pas parler des mêmes personnes qui ne se cachent pas le visages de la même façon, qui ne sont pas du tout armés de la même façon et qui ont des actes violents totalement différents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s