[Chronique] Post manif 09/03

Pour écouter la chronique cliquez Ici

 

Foule cool

 

Aujourd’hui je viens en deuil.

Oui le deuil est le mot, car j’ai sous mes yeux, ou plutôt dans mes yeux, vu mourir le peu d’espoir que j’avais dans l’humanité. Oui c’est triste en effet et c’est la larme à l’œil que je me remémore le déluge qui ma servie de pleurs mercredi dernier.

Je tiens à la préciser je voulais être le plus objectif possible sur cette manifestation les répression policière en ont fait autrement, ces propos n’engagent que moi.
Eh oui parce qu’on est aujourd’hui dans un pays ou un homme qui vient pour faire un reportage, pour faire des photos se fait attaquer directement par des CRS.

En effet ces derniers tirent avec des flash-ball et font l’usage de lances-grenades, et non pas en cloche comme la loi l’oblige bien sur, mais en tirs tendus aussi bien vers le groupe de manifestant que vers le groupe de presse qui s’est improvisé.

Alors après une première salve je pensais en avoir fini avec ça on se regroupait avec mes collègues après que nous ayons couru chacun ou nous pouvions l’un d’un coté, l’autre dans une boulangerie moi à l’autre bout, nous décidons alors de rebrousser un peu chemin, nous n’en aurons malheureusement pas le temps.

Eh oui car nous sommes bloqués entre les habitation et une rangée de buts et les CRS bâtissent en une poignée de seconde un réel mur de lacrymo nous fuyons donc de l’autre coté de cet étroit couloir ou les agents de la BAC nous attendent matraque à la main, il passent entre les bus bloquent le bout de l’allée. Ils matraquent à tout va.

Est-ce normal qu’en France aujourd’hui un reporter soit obliger de sauter par dessus des matraques, par dessus un homme se faisant passer à tabac, est-ce normal de voir ça aujourd’hui dans le pays de Charlie Hebdo mais si vous savez « On est tous Charlie », vous voyez plus ? Pourtant on était des millions dans les rues encore une fois les larmes aux yeux. A la seule différence c’est que ces larmes étaient belles c’était une marque de sensibilité, d’affection, elles étaient affreuses certes mais elles étaient belles. Les larmes que j’ai lâché ce mercredi je peut vous le dire elles n’avaient rien de belle, c’était même l’inverse totale, c’était des larmes piquantes, des larmes révoltantes, des larmes qui brûlent, des larmes à allumer le feu de la révolte.

 

CRSSS

 

La répression policière à fait beaucoup de dégât, un enfant de 9ans a été blessé oui on parle bien d’un gosses ! Mais ce n’est pas tout, j’ai vu sous mes yeux un homme âgé qui n’avait rien à se reprocher qui se rendait les deux mains en l’air se faire réprimander comme il se doit par la BAC. J’entends donc ici que cet homme a eu le droit aux matraques et au passage à tabac formule classique sur place.

Il est loin ce temps de Charlie.

Eh oui il est loin le temps de la liberté de la presse, il est loin le temps des forces de l’ordre au service du peuple, qu’il est loin ce temps., qu’il est loin…

Reprenons le ce temps rappelons leurs que l’on peut être des millions dans les rues, rappelons leurs qu’on peut leur faire peur, et commençons dès ce jeudi avec la manifestation étudiante qui partira à 13h de censive et prendra son départ en ville à 14H à Commerce.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s