La gauche explosion/implosion

Pour écouter la chronique cliquez ici

rose-fanee

  La gauche, ou tout du moins le parti socialiste, a, depuis quelques année déjà, entamé une modification, tant sur le fond que dans la forme. Mais elle à changé de vitesse ces derniers temps.

Cette mutation à débuté lors des primaires socialistes en 2011, Dominique Strauss-Kahn alors grand favoris du PS, est envenimé dans une affaire d’agression sexuelle ce qui empêche son retour en France, François Hollande, ex-premier secrétaire du parti, se place alors en grand favori. Ce dernier sortira vainqueur des primaires largement devant Martine Aubry.

Les présidentielles comme prévu opposent UMP et PS au second tour. Le candidat socialiste l’emporte avec moins de 52% des votes exprimés

A peine élu le néo-président se retrouve sous les critiques et moins de 4 mois après, le chef de l’état à déjà perdu 18% d’opinion favorable et passe de 58% à 40% une chute vertigineuse. Malgré un combat en grande partie réussi avec le mariage pour tous la première année de François Hollande se trouve être grandement décevante et les élections qui s’en suivent auront la peau du gouvernement Ayrault. A la suite de la démission de l’ancien maire de Nantes, Manuel Valls, pourtant avant dernier aux primaires socialiste, est nommé premier ministre et montre un premier virage vers la droite. L’aile « Hollandiste » du PS se montre alors comme sociale-libérale.

       Face à la nomination dans l’ancien ministre de l’intérieur à la tête du gouvernement, un mouvement naît sur les bancs de l’assemblé nationale et les frondeurs du PS commencent à se faire entendre. Le parti socialiste se retrouve divisé. L’aile gauche de la gauche représentée entre autre par Arnaud Montebourg et Benoit Hamon se fait vite remarquer en évoquant les divergences d’opinion avec Valls.

Le deuxième gouvernement s’éteint et laisse la place à Valls II un gouvernement qui prend un nouveau virage à droite avec l’éviction des ministre de l’aile gauche du PS et du refus des partis de gauche de collaborer avec Manuel Valls et François Hollande. La nomination d’Emmanuel Macron ex-banquier chez Rothschild au poste de ministre de l’économie, et le discours de Manuel Valls devant les patrons du MEDEF créé une vraie rupture entre les courant socialistes.

Des mesures phares, socialistes sont remise en cause comme les 35 heures.

La démission de Christiane Taubira marque la fin des idéologies de gauches au sein du gouvernement. A partir de là Valls s’est déchaîné, la déchéance de nationalité, l’état d’urgence, la réforme de la loi du travail. Le déchirement devient total et le ras-le-bol à gauche devient lui général.

A un peu plus d’un an des nouvelles présidentielles des primaires se préparent et tout le monde se tire dans les pattes, cette semaine encore c’était au tour de Martine Aubry de balancé avec 17 signataires une tribune dans Le Monde. Elle le dit « Trop c’est trop » et dénonce la politique gouvernementale.

Est-ce que ce pavé dans la marre ne créera que quelques remous ou bien sera-t-il la première pierre du cimetière des éléphants du PS, seul l’avenir nous le dira et il arrive à grand pas !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s