Indécision

Depuis que je suis tout petit on m’a toujours parlé du choix, qu’il fallait faire des choix, de ce que je voulais faire plus tard etc…
Mais pourquoi devrais-je choisir? Je n’ai pas le droit de laisser venir, de laisser faire le « coup du hasard »? Alors j’ai décidé, lâchement peut-être, de rentrer dans ce jeu, ce jeu dans lequel, toi, qui me lit, est sûrement rentré. Toi aussi tenté par la simplicité de ne plus avoir à se justifier, à trouver de bonnes raisons face à sa famille qui n’arrive pas à comprendre ce « non-choix » et qui se traduit par un petit sourire et un « il a le temps de toute façon, l’important c’est qu’il soit heureux » à la table du repas de famille.

On ne peut pas comprendre aujourd’hui qu’une personne ne veuille pas choisir. Nous vivons dans la société du choix, une société régie par le choix. Nous devons choisir pour tout, quand nous allons au supermarché, et quand nous devons acheter quelque chose en général. Car oui, si nous avons tous le choix, celui qui a de l’argent à plus de choix que celui qui n’en a pas.
On en arrive ainsi au principal problème du choix, le choix est une affaire de riche, et rien n’y échappe. Si vous avez de la chance, la formation pour le métier que vous voulez faire plus tard est proposée dans un établissement public, mais si ce n’est pas le cas vous serez obligé de débourser de grandes sommes pour vous payer des études dans un établissement privé qui sera plus ou moins cher et qui vous obligera plus ou moins à réviser votre choix de métier.
Prenons aussi l’exemple de la nourriture, nous savons tous que pour notre santé et la planète il faudrait manger bio et local. Pourtant qui a les moyens de faire ce choix? Eh oui, Le bio, c’est bon, c’est mieux, c’est bien, mais c’est cher. Et ce n’est pas moi, étudiant de mon état, qui a pour l’instant les moyens de n’acheter que du bio.

Ce que nous appelons le choix, dans notre société actuelle, est une illusion, car nous sommes obligés de choisir uniquement ce que nous pouvons nous offrir et nous sommes bien loin de ne choisir que ce qui nous fait plaisir.
Alors choisissons de na pas choisir! Refusons l’action prémédité et laissons parler nos impulsions, laissons de côté notre côté rationnel et préférons lui notre côté imprévisible et surréaliste! Appliquons dans la réalité ce qu’André Breton a appliqué dans le monde artistique: faisons de notre quotidien la suite d’automatismes psychiques purs s’exerçant en dehors de tout contrôle de la raison, de toute préoccupation esthétique ou morale. Renouons avec le temps en arrêtant de penser avant de choisir.

Cette façon de penser et d’agir est utopique, il est difficile d’être plus fort que la société et notre manière habituelle d’exister. Il ne faut pourtant pas se dire que c’est impossible. Essayons de conserver de temps en temps ce petit grain d’indécision, essayons, le plus souvent, de rentrer dans un magasin sans besoin précis et en ressortir avec ce qui vous a fait envie sur le moment.
Arrêtons de vouloir toujours tout calculer, laissons tout simplement et une bonne fois pour toute, faire les choses.

Maxime Page

Publicités

Un commentaire

  1. Bonjour, je suis plutôt d’accord avec le gros de l’article, moi aussi j’aimerais ne pas choisir, parce que j’aimerais tout faire, tout avoir. Mais je désapprouve la fin. Rentrer dans un magasin et en sortir avec tout ce qui t’a fait envie sans réfléchir, c’est t’abandonner à l’empire du marketing ! Parce que ce n’est pas un instinct primaire qui s’exprime, c’est la maîtrise habile de la communication par ceux qui ont l’argent (justement) qui saisit directement ton inconscient laissé sans défense par ta décision de ne pas réfléchir.
    Parce que arrêter de tout calculer et laisser faire les choses, c’est laisser d’autres calculer pour toi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s